chalet forestier, Lac Rochemaure

La volumétrie générale cherche à représenter plusieurs choses à la fois; la forme générique et culturellement acceptée de la maison, le caractère contemporain et minimaliste par l'évacuation des détails superflus et finalement l'insertion du bâtiment dans son contexte forestier.

Un des buts premier était d’utiliser au maximum la lumière naturelle. Nous avons donc favorisé la lumière du sud même si la vue sur le lac est au nord. Cette intention permet de chauffer la maison l'hiver et de l'éclairer en tout temps le jour. Les vues sur le lac ont quant à elles été concentrés dans une grande et haute ouverture - sur deux niveaux - surplombant la descente vers le lac et offrant une superbe vue sur une falaise rocheuse.

La matérialité de la maison a été pensée sous deux optiques; D'abord l'intérieur - le lieu de retraite - devait se différentier des intérieurs urbain auxquels les propriétaires et invités sont habitués d'où l'utilisation du bois naturel plutôt que les habituelles plaques de gypse peintes. Des planches de pin blanc créent ainsi une continuité plancher-mur-plafond texturée par les nœuds propres à ce type de bois souvent considéré comme un matériau peu noble. Dans les espaces de circulation verticale - escaliers - lieu de mouvement et de dynamisme, la création d'une coquille de contreplaqué brut servait à différentier les usages et varier la perception spatiale. Au niveau des chambres à l'étage, la continuité plancher-mur-plafond se poursuit tandis que les cloisons séparant les pièces sont recouvertes de contreplaqué teint blanc. Cette différence permet de mieux réfléchir la lumière de l'extérieur et donne l'impression que les pièces sont plus grandes.

Ensuite l'extérieur - l'insertion dans le paysage - la planche de cèdre provenant d'une scierie locale, recouvre ou enveloppe la totalité de la maison, terrasse-murs-toiture. Le cèdre est la seule essence de bois de parement ne nécessitant aucun traitement. La volonté ici était de composer un volume de bois dont l'apparence se modifiera au gré des intempéries pour devenir éventuellement d'un gris argenté. Le volume sculptural se fondra alors à la couleur de l'écorce des arbres environnants et apportera le souvenir des bâtiments de grange et des cabanes à sucre.

Le chalet est aussi traversé aux deux étages par un axe visuel. Cet axe, orienté longitudinalement à la maison accompagne les habitants dans leur déplacements - de l'entrée à la terrasse, des chambres à la salle de bain et vice versa - Les percées visuelles permettent de prolonger les espaces vers l'extérieur et ainsi d'ancrer la maison au paysage forestier environnant.

Les espaces extérieurs ont pour nous tout autant d'importance que les intérieurs, ce sont des lieux qui sont plus ou moins enclos et ils sont des espaces de transition entre la nature laissée sauvage et l'intérieur. Le vestibule, nécessaire au climat québécois nous permet de poser les sacs et valises à l'arrivée et au départ, d'entreposer le bois de chauffage pour le sécher, de lire un livre au son de la pluie et devient une lanterne la nuit. La terrasse latérale, orientée plein sud permet de s'étendre au soleil à l'abri du vent du nord en hiver et de rejoindre la grande terrasse depuis l'extérieur sans marcher dans la boue. La grande terrasse est quant à elle la continuité du séjour, une pièce extérieure.

Informations :

Type : Résidence secondaire unifamiliale
Localisation : Saint-Donat-de-Montcalm, QC
Phase | année : Complété | 2008

Architectes : Patrick Morand architecte
Chargé de projet : Patrick Morand architecte
Collaboration : Louis Laperrière architecte
Crédits photos : Steve Monpetit et Yves Lefebvre

Publications :